Astrologie et cancer

Astrologie et cancer

En quoi l’astrologie peut-elle aider quelqu’un qui a un cancer ?

Une amie, atteinte du cancer, m’a proposé d’aborder ce sujet sur son blog. C’est une question délicate. Car il y a de nombreuses idées fausses sur l’astrologie. Mais en tant qu’astrologue, je reçois régulièrement des personnes vivant un cancer. Et je regarde leur thème astral, comme je l’ai fait pour Sophie (le prénom a été changé). Je vais donc essayer de répondre à la question : « en quoi l’astrologie peut-elle aider quelqu’un qui a un cancer ? ».
Disons le d’emblée, l’astrologue n’est ni un médecin, ni un thérapeute. Son outil est de nature symbolique, et non de nature scientifique. Son travail est celui d’un traducteur : traduire en français ce que les symboles racontent. La valeur de son expertise est relative à la résonnance de ses propos chez celui qui le consulte : est-ce que le consultant se retrouve dans ce que lui dit l’astrologue ? Si ce n’est pas le cas, l’astrologue se doit d’approfondir son interprétation des symboles pour trouver les mots justes qui parlent au consultant.
Dans le cas d’une maladie comme le cancer, les symboles astrologiques parlent de deux choses : le sens et la durée.

Le sens de la maladie :

La première question que se pose l’astrologue face à une personne ayant un cancer sera : qu’est-ce qui est malade dans le thème astral ? Il ne s’agit pas de repérer l’organe, mais de repérer la thématique. Dans le cas de Sophie, sans trahir de secret, il s’agissait de la planète Mars en Verseau conjointe à Chiron en Poissons et en maison I, dans le thème natal. De quoi parle cette planète dans le thème de Sophie ? Elle parle du désir, de l’énergie masculine, de la colère, et, vue sa position en signe, de l’abandon.
Quant à Chiron, il demande que la dimension spirituelle soit elle-aussi « soignée ».
C’est une chose de repérer les thématiques en jeu, c’en est une autre d’entrer dans l’exploration de ces thématiques. Et ce n’est pas forcément l’astrologue qui sera l’accompagnant de cette exploration.
Mais cette exploration permet à la personne malade du cancer de mettre à jour le conflit intérieur, la frustration, l’émotion mal digérée … qui ont continué à vivre secrètement et qui, un jour, s’expriment dans le corps par la maladie. Il s’agit de soigner cette blessure psychique autant que la maladie corporelle. Les deux sont nécessaires !
La maladie ainsi signifiée par une planète mise en question, est à envisager dans le cadre global du thème astral. Car celui-ci indique ce que nous pouvons développer dans l’existence pour petit à petit réduire nos schémas névrotiques qui nous mènent à la souffrance. Le soin du cancer passe aussi par le soin de nos névroses.

La durée de la maladie :

En regardant le thème, l’astrologue peut repérer ce que l’on nomme les « transits » qui signent l’ « apparition officielle » de la maladie. Il s’agit de planètes qui sont en train d’agir sur des points du thème de naissance. Il est possible de mesurer la durée de leurs actions. Dans le cas de Sophie, il s’agissait d’un transit de Neptune.
Attention : il ne s’agit pas de prédire la guérison ou l’issue fatale. Il s’agit juste de mesurer la durée de l’épreuve ou de la crise. Dans le cas d’un cancer, cette durée peut s’exprimer en années … Et l’astrologue ne sait pas si la personne malade guérira ou non. Mais il voit combien de temps la période aigüe va durer.
Pour certaines personnes, il peut être positif d’annoncer la durée de cette période, même s’il s’agit de plusieurs années. Car cela signifie que la crise peut s’estomper, qu’elle n’est pas éternelle. Et quand la crise dure, cela permet de savoir qu’elle aura une fin et donc de garder espoir.
Pour d’autres, il est préférable de ne rien dire car la durée pourrait paraître trop longue.

Le rôle de l’astrologue face à la maladie :

Mon expérience d’astrologue me pousse à adhérer à l’idée que nous sommes prisonniers de nos représentations. Nous croyons que certaines choses nous sont inacceptables. Et lorsqu’un ou plusieurs événements viennent heurter nos représentations, si nous n’arrivons pas à les intégrer dans notre psyché, ce conflit vient nourrir la possibilité qu’une maladie se déclare.
Bien évidemment, les causes d’un cancer sont multifactorielles. L’astrologie permet d’entrer dans la reconnaissance d’une partie de ces causes.
L’astrologue peut indiquer au consultant quel type de travail intérieur et quel type de praticien pourraient l’aider à déchiffrer les facteurs psychiques afin d’aller mieux.

L’accompagnement de l’astrologue :

En tant qu’astrologue, je suis d’abord là pour accueillir la souffrance des personnes qui viennent me voir. Dans le cas de Sophie, lorsqu’elle m’a annoncé son cancer, j’ai été bien évidemment touché particulièrement par sa souffrance puisqu’il s’agit d’une amie de longue date et que je connais sa famille. Et il était important que je lui dise combien j’étais à ses côtés dans le chemin d’épreuves qui s’ouvrait devant elle.
Au fur et à mesure des mois, j’ai regardé régulièrement son thème et j’ai pu repérer qu’un tournant s’amorçait dans son existence. En termes astrologiques, il s’agissait d’une Nouvelle Lune Progressée en Gémeaux et en Maison IV. Sophie m’a demandé ce que cela annonçait et je lui ai expliqué le renouveau signifié par cette configuration. Il ne s’agit pas de l’annonce d’une guérison, mais de l’annonce que, même malade du cancer, des perspectives s’ouvrent pour elles. Son blog est la manifestation d’une de ces perspectives : transmettre son expérience de soignante devenue soignée. (Sophie est psychologue en hôpital).
L’étude des astres ne nous donne pas la pleine connaissance de la destinée, mais nous donne des informations sur la manière d’aborder cette destinée. Toute épreuve peut être vécue comme une opportunité. Ce n’est pas facile … mais c’est possible.

Le sujet sensible :

Face à une personne qui a le cancer, le sujet sensible est bien évidemment celui de la mort. Peut-on ou non l’aborder ? Avec Sophie, nous avons évoqué plusieurs fois ce sujet.
Chacun nourrit des croyances sur la mort et l’après-vie. En parler ne fait pas mourir … mais permet de mieux situer les enjeux de la guérison et, si la guérison se fait attendre, les enjeux de ce que l’on peut néanmoins développer même si l’on est malade.
En tant qu’astrologue, si la personne qui vient me voir le souhaite, nous abordons cette question qui relève de la spiritualité. Sans esprit de prosélytisme mais avec écoute et respect.
C’est important d’aborder cette thématique de la mort car la personne malade y pense obligatoirement. Je me souviens d’avoir été visité, il y a plus de vingt ans, une dame très mal en point et la famille m’avait demandé de ne pas lui parler de la mort. J’ai respecté cette consigne, alors même que cette dame me disait : « Emmanuel, où est-ce que cela va me mener ? » Ce qui était une invitation à parler de la mort. Aujourd’hui, je ne respecterai plus cette interdiction car elle niait l’angoisse de la malade, et n’apportait aucun soulagement. Cette interdiction répondait uniquement à l’angoisse da la famille, d’une manière tout à fait inefficace.

Merci Sophie :

Nous sommes nombreux à dire merci à Sophie de nous avoir embarqués dans son accompagnement. Sincèrement, il eût été préférable que Sophie n’ait jamais un cancer ! Mais puisqu’il est là, ce cancer nous amène à entrer dans une expérience de transformation avec Sophie, avec son mari, avec leurs enfants, avec leurs familles et leurs amis.